ÉTABLISSEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES – VIC-SUR-CERE [15]

Inspiré de l’architecture agricole locale, l’Ephad s’implante perpendiculairement aux courbes de niveaux du site. Nous profitons de cette implantation pour créer des espaces différenciés suivant les niveaux du bâtiment. En rez-de-jardin, des patios pour les patients Alzheimer permettent des sorties autonomes et sécurisées. La palette végétale permet de protéger les vis-à-vis des chambres tout en offrant des ambiances variées au fil des saisons. Au niveau supérieur, le vaste parvis d’entrée pavé profite aux patients comme au personnel. Il sert de terrasse et de jardin kinesthésique. Ses massifs surélevés protègent et sécurisent son enceinte. La banquette permet de se reposer ou de jardiner.

QUARTIER SAINT-JACQUES – CLERMONT-FERRAND [63]

«Le Plateau» Saint-Jacques est une «seconde ville» dans Clermont-Ferrand. L’architecture des grands ensembles et la situation topographique vis-à-vis du centre-ville tendent à les différencier. Inscrit dans un programme ANRU, le projet issu d’une réflexion collégiale a conduit au «re-découpage» du site avec la «re-découverte» d’anciennes rues. Pour ces 4 unités nous avons conservé, à l’image de l’architecture, un langage commun dans la composition et les détails pour s’assurer de la greffe entre espaces collectifs et publics. Le projet de paysage offre des ambiances variées et une aire de jeux singulière… Comme pour affirmer cette différence entre centre ancien et quartiers périphériques.

MAISON HOSPITALIERE PSYCHIATRIQUE POLYVALENTE – SEVREY [71]

Paysage et psychiatrie font-ils bon «méninge» ? Malgré la gravité du sujet, nous proposons une réelle expérience au personnel soignant tout comme aux patients. En nous inspirant du «Fabuleux destin d’Amélie Poulain» où un nain de jardin (comme outil pédagogique et objet stimuli) «invite» les patients à découvrir ou redécouvrir, les paysages emblématiques de notre territoire : plages, montagnes et forêts. Basique ! Oui, mais éveiller et stimuler les sens des patients profondément touchés relève souvent de l’exploit. Et pour ceux qui séjournent ici toute leur vie, la simplicité et l’évolution des différentes ambiances participent à leur bien-être quotidien.

QUARTIER MOULIN-BRUT – BEAUMONT [63]

En périphérie du centre ancien de Beaumont, les rues résidentielles… Le projet apporte une vision nouvelle de l’espace public partagé entre de multiples usages. Les abords d’une chapelle se transforment en lieu de vie et de jeux. L’entrée du parc de la ville est marquée par des murets de basalte chavirant de part et d’autre d’un carrefour. Ils interpellent et renseignent sur la capacité de l’homme à travailler la lave, véritable emblème que la ville propose en de nombreux aménagements. Dans les rues, le projet se joue des problèmes de stationnement pour faciliter les déplacements piétons et apaiser la circulation.

ECO-QUARTIER – SAINT-FLOUR [15]

Champ Barral, au sein de la cité des vents de Saint-Flour est un site impacté par des lotissements de toutes époques. Banal en somme! Le projet prévoit de créer une centralité pour tous les habitants du quartier. En effet, l’espace généreux offert aux futurs résidents s’inscrit dans la philosophie du partage de l’espace. Nous en profitons pour créer des jardins familiaux se structurant à la demande. Les logements organisés autour d’une place publique favorisent la rencontre et le lien. La voiture s’efface sous les logements. Ceci permet d’articuler l’espace public et les habitations sur un même niveau. La topographie et la nature du sol servent le projet en facilitant la récupération et l’infiltration des eaux.

REHABILITATION DES «AILES» – VICHY [03]

Le quartier des Ailes deviendra le point de départ du futur éco-quartier de Vichy sur les bords d’Allier. Le projet proposé relie l’ensemble des logements réhabilités autour d’espaces collectifs de qualité, en facilitant les liaisons vers les secteurs névralgiques de la ville : au sud le centre ville, au nord un vaste espace commercial de proximité pour les habitants. La refonte globale des circulations et des stationnements permet de dégager un parc paysager face aux quais. Fédéré autour du centre socio-culturel, le parc laisse entrevoir l’histoire géologique du site. Le dépôt de sédiments au cours des siècles laisse une empreinte graphique singulière utilisée comme support de composition.

PPP – AMÉNAGEMENT DE LA RD 120 – CANTAL [15]

Comment réduire l’atteinte au paysage d’une infrastructure linéaire de 10km après la définition de son tracé plus sécurisé mais aussi plus rapide entre le Cantal et la Corrèze ? Travail dense au sein d’une équipe de techniciens en tout genre, nous avons proposés des solutions d’intégration ou de valorisation des espaces traversés pour en limiter l’impact. Les échelles sont bousculées, les cubatures se comptent en centaine de milliers de mètres cubes, et rien n’est impossible pas même la transformation radicale de notre perception initiale du paysage!

DENSIFICATION URBAINE – GERZAT [63]

«La nouveauté effraie». Aux portes de Clermont-Ferrand les terrains disponibles se raréfient ou font l’objet de procédures lourdes et longues avant d’accueillir de nouveaux projets d’habitat. Ici à Gerzat, sur un site occupé par des logements collectifs, l’étude de définition visait à créer de nouvelles formes d’habitats sociaux. Le projet proposait de mutualiser les espaces collectifs tant pour les résidents nouveaux et anciens que pour les besoins techniques et écologiques (gestion des eaux pluviales, création de biotope, premiers jardins partagés…). Aucune approche ne sera retenue à l’époque et la ville ira ronger son parcellaire agricole éloigné…

ETABLISSEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES – BILLOM [63]

Le projet des aménagements extérieurs fait écho à une anecdote du développement historique et économique de la ville tout en offrant un prolongement des espaces d’activités du bâtiment. La terre modelée telle une vague qui stimule le regard se prolonge sur les arrière-plans ou sur l’horizon suivant les points de vue. Elle offre une limite physique marquée et un filtre visuel entre jardin et parking. Ce mouvement de terrain est bordé par une promenade thérapeutique traitée comme un quai. Quai où les cordes en chanvre de Billom retenaient jadis les amarres…

HABITAT «RURBAIN» – LE BROC [63]

Un lotissement! Et alors? Si l’architecture respecte la topographie comme nous l’avons projeté, si les espaces publics sont aussi valorisés que les jardins individuels ou l’inverse, si l’eau de pluie et de source est intelligemment gérée et ré-utilisée pour créer de l’animation dans le site, et si les façades se jouxtent pour créer de l’architecture raisonnée… Alors OUI nous serons fiers d’avoir réalisé ce lotissement !