© A3-PAYSAGE

Autour de la narse de Lascols -15

Sur la planèze  (plateau)  de Saint-Flour à 1000m d’altitude, La narse (zone humide) de Lascols est un haut lieu de l’écologie. Lieu emblématique et contrasté du département du Cantal ce site est placé sur un couloir migratoire et accueille des nombreuses espèces et variétés d’oiseaux. Dans un objectif de promotion et de pédagogie mais aussi de préservation il est décidé d’installé un observatoire (Vincent Trinh – architecte à Saint-Flour) et d’orienter les visiteurs sur la découverte du site et de son cadre à travers un parcours ré-interprété. Sur les 8.5km du sentier, des stations ponctuent la marche offrant des informations sur la formation du paysage en présence et de la narse à travers différentes thématiques (relief, hydrologie, faune flore…). Le projet met en scène les principales espèces et variétés inféodées à la narse qui ont conduit à sa protection et les érige comme des étendards, des symboles, des œuvres d’art interrogeant l’impact de l’activité humaine sur leur préservation… Des pauses sont aménagées ça et là. Le basalte et le métal sont les seuls matériaux des stations garantissant une intégration et une durabilité à l’épreuve du climat du plateau. Dans l’esprit de préservation et de protection du milieu le mobilier est implanté sans béton et  les travaux paysagers de cicatrisation sont réalisés dans le cadre d’un chantier école.

Plan d'eau Belvezet Tiviers

Renouveler les regards portés sur le lac du Belvezet, un retour aux sources – [15]

Après plusieurs années sans un projet les pieds dans l’eau, A3-PAYSAGE renoue avec ses domaines d’expertise (comme il se doit de le dire) !

Après avoir mené une étude de faisabilité pour Saint-Flour communauté, celle-ci nous confie la maîtrise d’oeuvre pour la valorisation du plan d’eau du Belvezet sur la commune de Tiviers. Situé à 10 min à l’Est de Saint-Flour et de l’A-75, ce grand étang offre aujourd’hui un parcours et des expériences différentes à chaque saison. Partant du constat que la simplicité et la cohérence actuelle du site, en étaient ses principales qualités, nous avons articulé notre réflexion autour du renouvellement des regards sur ses qualités intrinsèques. La proposition retenue offre ainsi un aménagement affirmé, mais conçu à partir d’une sobriété de forme et des matériaux naturels. Le site «s’équipe», mais de manière respectueuse, mettant l’accent sur un public familial qui trouvera satisfaction à l’usage d’un lieu offrant confort d’utilisation et dimension ludique. Un parcours pédagogique et récréatif vient sensibiliser le public sur les milieux humides. Composé de 4 plate-formes correspondant à 4 types d’habitats différents, leur implantation permet également d’offrir chaque fois un point de vue sur l’étang ou son environnement proche et lointain. Les platelages différents, viennent reproduire, sous le pieds, les sensations que l’on éprouverait à traverser différents milieux humides sans les impacter!

Le parcours commence par un passage à travers un abri devenu symbole de la commune à l’image de l’Eglise, ce qui nous touche. Conçu par l’agence Trinh et Laudat, il est une porte qui vous transpose sur ce parcours et vous invite à oublier par son échelle, la vôtre… Laissez-vous guider par les informations qui s’égrainent tout au long du parcours et gardez le pied souple !

« Maman… on refait un tour ?… mais dans l’autre sens ! « . C’est vrai c’est un peu court ! Mais, un pique-nique, une partie de pêche ou un cache-cache et l’horloge peut vite tourner !

 

Vic sur Cère -la traverse

Plus qu’un « tournant historique », un virage complet à Vic-sur-Cère [15]

Vic-sur-Cère, ancienne ville thermale, labellisée ville d’eau, cherche renouveau! Dynamique commerciale, attractivité touristique et résidentielle, ainsi que qualité du cadre de vie sont les maitres mots d’une reconfiguration en profondeur de la cité par le travail de ses artères principales et de ses espaces publics. La modification du tracé de la RN, suite au plan de déplacement, aura permis de mettre en lumière les nombreux dysfonctionnements de la commune, à la source d’une attractivité en perte de vitesse. Le projet s’appuie sur l’identité retrouvée de la cité, entre domaine de l’eau et domaine de la montagne pour réécrire son organisation spatiale (répartition des différents flux et stationnements, plan de circulation…), redéfinir le vocabulaire des aménagements à travers ses séquences (logiques de plantations, palette des matériaux..) et réaffirmer la dimension culturelle de la ville d’eau.

Un long processus de concertation mené sur plusieurs ateliers a permis de dégager des objectifs clairs et parfois contradictoires  en matière de circulation, d’activités commerciales de tourismes et de priorités pour les enfants.

Cette concertation a également permis de porter à connaissance auprès des services de l’état de nouvelles méthodes de projet.

 

Mise en valeur du Mont Dardon à Uxeau – [71]

Culminant à 506m d’altitude, le Mont Dardon est une destination privilégiée des promeneurs, offre un panorama saisissant et attire l’homme depuis des temps immémoriaux. La proposition de mise en valeur fait preuve de modestie cherchant simplement à révéler les qualités historiques et de point de vue propres au lieu, à offrir les clés de lecture permettant d’apporter du sens à l’encore perceptible des différentes occupations humaines. Elles consistent à améliorer l’accès pour les promeneurs et les PMR, apporter une information et attiser l’imaginaire sur le site, inciter au stationnement au centre-bourg, retrouver une qualité d’ouverture par l’abattage sélectif et motivé de boisements (en direction des «Monts à oppidums»), créer des points de pique-nique ou d’assise non banalisant sous les bosquets existants, et enfin retrouver les logiques originels de parcours du site .

PARC DU VALLON DE GARABOEUF – SAINT-YBARD [19]

Niché dans un vallon corrézien, entre château et bourg le projet émane d’une volonté de «retrouver» l’étang historique. Après une première étape «hydraulique», le site fait l’objet d’importants travaux de terrassements pour conserver les 7000m3 de limons générer par l’eutrophisation. De là, un belvédère, depuis le bourg, toise le château. Sa forme, son échelle sont un défi au temps comme l’édifice bâti entre le 14 et 17ème siècle…Entre ce duel formel s’égraine sur les pentes, des chemins exhumés, et des jeux où le chevalier laisse planer sa suprématie et sa force au regard des «vestiges» hors d’échelle aux yeux des enfants. Du bois humide du vallon, aux berges : sensibilisation, pédagogie, pêche et pique-nique. Inauguré en 2015.

LAC DE SAINT-GERVAIS – SAINT-SYMPHORIEN-DE-THENIERES [12]

La Viadène, plateau moins emblématique que l’Aubrac et dans le prolongement de celui-ci, recèle de fabuleux paysages. Ici, une base de loisirs s’étire sur les berges du lac au sommet du barrage de Montézic. Le parcellaire lithique formant les prairies autrefois pâturées semble immuable malgré la montée des eaux! Site convoité par les migrateurs à l’automne, le projet leur est dédié et s’inspire des courbes et formes de «l’oiseau». Il faut donc prendre de la hauteur pour en comprendre le tracé! Néanmoins, le projet dessine des espaces ouverts au plus grand nombre, des coins intimes pour les autres… Un site qui devrait faire parler du Nord Aveyron…

SITE TROGLODYTIQUE – VEYRE-MONTON [63]

Quand la sécurisation d’un site est confiée à des concepteurs celle-ci se dilue et s’harmonise avec son paysage ! L’habitat troglodytique de Monton, sous la protection de la vierge, est creusé dans une coulée de lave mêlée aux sédiments d’une rivière. Cette architecture menaçait de s’effondrer sur le bourg en contre bas. Après un confortement ciblé des principaux points de déstabilisation, le projet mise sur la nature pour faire découvrir le site via un itinéraire aux airs de Cappadoce… Simplicité apparente des matériaux et des procédés, les travaux furent techniques et le suivi reste hautement technologique : un scan 3d de la falaise renseigne et prévient des mouvements des cavités et parois.

PÔLE LOISIRS ET PÔLE VÉLO – DECAZEVILLE [12]

Pari audacieux de redynamiser une ville et son activité autour d’un projet touristique en apparence. Le concept proposé nous amène à considérer la capacité du site à produire, à travers son passé, de nouvelles formes d’activités source «d’énergie» et de développement pour les populations locales. La proposition de créer un jardin comme trait d’union entre ville et ancien site minier émane d’une volonté conceptuelle de reconquête du sol. Ce dernier est le symbole de régénérescence de la vie (biologique) après des années d’asphyxie. La Découverte de Décazeville (appellation définissant les modes d’extraction) est aménagée en base de loisirs. La Découverte de Cérons est dédiée au vélo.

VALLON DES THERMES – EVAUX-LES-BAINS [23]

Et si la l’aménagement d’un parking devenait le pont de départ d’une réflexion global sur l’attractivité d’un site niché au coeur d’un vallon Creusois ? «Ca serait plus facile avec une Histoire !» Riche d’un vaste galerie romaine menant au site historique des Thermes, la ville d’Evaux ne manque pas de ressource historique pour promouvoir le site et son activité…Gageons que la première tranche d’aménagement n’en devienne pas l’aboutissement !

BASE NAUTIQUE – LANAU [15]

Site peu engageant à l’approche du barrage EDF, il se dévoile le long d’une voie étroite longeant une falaise de gneiss. Mais croire que cette voie déboucherait sur un plage ample et généreuse est illusoire! 16 mètres séparent l’éperon rocheux de la berge. Le défi : Aménager une base nautique pouvant accueillir des bateaux à moteur, des kayaks et les pêcheurs avec leur matériel… Non seulement ce fut réalisé et on y casa même un bâtiment d’accueil, une aire de jeux hydraulique et de belles plages en herbe… Mais le meilleur reste quand même les vues une fois sur le lac !